Indonésie

De Pulau Merah à Java

Java est une île faisant partie de l’archipel indonésien, située entre Bali et Sumatra.
L’Indonésie étant le premier pays musulman au monde, le décor de Java se mélange entre mosquées, volcans et plages paradisiaques. Les appels à la prière donnent naissance à une atmosphère bien particulière à la tombée de la nuit.

L’Île de Java regorge d’activités : ascension de volcans, plongée sous-marine, surf, … Pour les moins sportifs, il est très simple de découvrir la culture du pays à travers de multiples rencontres. Car oui, les indonésiens son très curieux et accueillants.

Dans cet article je vais plus précisément vous parler d’une plage que j’ai eu la chance de découvrir un peu par hasard : Pulau Merah (connu aussi sous le nom de Red Island ) .

Au départ de Banyuwangi, une petite ville à l’est de l’île, je loue un scooter et me dirige vers les plages du sud.
53 km plus loin, je vois indiqué sur une pancarte « surf camp ». Bonne nouvelle, j’approche de la plage.
Arrivé sur les lieux, je ne vois personne… Le camps est désert. Je m’approche de la plage et ne vois aucune vague… Sûrement pas la bonne saison, mais le gérant du camps me propose quand même un bungalow pour 300 000 roupilles (17 euros).
Me voilà mal parti pour faire du surf mais vue l’heure, je décide d’aller quand même faire un plouf et de prendre une chambre pour la nuit.

Le lendemain je cible une autre plage sur la carte, à une vingtaine de kilomètres. C’est reparti !

À mi-chemin, je me retrouve sur une piste de terre battue, à traverser des flaques d’eau qui ressemblent plus à des lacs qu’à des nids de poule… Les bus passent donc je devrai pouvoir y arriver aussi.
J’arrive dans un petit village rempli de guest-houses. Avant de m’installer, je décide d’aller voir la plage.
En traversant le village, je tombe sur un parking immense : tout autour se situent des warungs   (restaurant familiaux typiques d’Indonésie) et des petites échoppes vendant souvenirs, nourriture ou cigarettes. Au bout de ce parking, la plage.

indonesie krastique plage indonesie plage couche de soleil recit voyage surf lewis barbette louis champenois

Une étendue immense de sable fin, des vagues de plus d’un mètre de haut, et un karstique immense planté dans l’eau.
Malgré le nombre important de touristes et de locaux, la plage est tellement immense que personne ne se marche dessus.
Au loin, j’aperçois des surfeurs dans l’eau et trouve de quoi louer une planche à la journée (100 000 roupilles, soit 5 euros). C’est décidé, je reste ici quelque jours !
Je trouve une petite famille d’accueil à quelques mètres de la plage. Le propriétaire se nomme King Kong et par chance, il parle un peu anglais. Il me dit que je suis au bon endroit pour surfer et m’indique où aller manger.

Une fois installé, je m’en vais manger un traditionnel nasi goreng (riz frit) et pars explorer les lieux.

Sur la plage, de nombreux indonésiens m’accoste pour prendre des photos avec eux et pour essayer d’échanger quelques mots.
Ici tout le monde se baigne habillé de la tête aux pieds. Ils sont très craintifs de l’eau, ce qui donne naissance à des scènes surréalistes (comme lorsqu’un homme essaie de pêcher mais qu’il recule de plusieurs mètres à chaque fois qu’une vague arrive).

L’ambiance générale de la plage est très bon enfant et très apaisante.
Je m’approche de la zone où tous les surfeurs attendent leur vague en observant… 10 min plus tard, une indonésienne surnommée Mama sort de l’eau, se dirige vers moi et entame la conversation. Elle m’explique quelques bases pour surfer.

indonesie surf plage voyage recit indonesie plage couche de soleil recit voyage surf lewis barbette louis champenois

Le soleil commence à se coucher, je pars acheter une bière et retourne sur la plage retrouver Mama qui parle à un petit groupe de français. Je m’installe avec eux pour regarder le coucher de soleil.

indonesie plage couche de soleil recit voyage surf lewis barbette louis champenois

Le lendemain matin, je retrouve à nouveau Mama sur la plage. Elle me dit de débuter dans la mousse (endroit où les vagues sont plus petites et déjà brisées). Cela me permet de me mettre debout pour la première fois, et de gérer l’équilibre sur la planche.
Une première matinée très agréable bien qu’épuisante, mais après un bon nasi goreng et une bonne sieste, j’y retourne!

Début d’après-midi, c’est reparti! Cette fois-ci je passe avec les pros et essaie d’aller prendre de plus grosses vagues.
Ce n’est pas chose simple : les vagues sont impressionnantes, et à chaque fois qu’une d’elles me tombe dessus, je recule d’au moins 5 mètres.

Je finis par arriver au milieu des quelques surfeurs qui attendent leur vague. je les observe, songeur : les vagues sont vraiment grosses quand même !!
Je prends mon courage à deux mains, repère une vague, et en avant !
Je me mets à ramer de toutes mes forces. Je sens ma planche se faire entraîner par la vague, tente de me lever… Et chute.
Le premier essai est rarement le bon. Mais après quelques séances de machine à laver, je réussi à me mettre debout et à surfer la vague.
Un australien pousse un cris pour me féliciter. Je retourne vers le groupe en ayant même droit à une petite ovation de Mama et des français.

indonesie plage couche de soleil recit voyage surf lewis barbette louis champenois18h, le soleil commence à se coucher alors nous restons assis sur les planches à regarder…

 

Signé Louis Champenois

 

Pour continuer de voyager :
decouverte catacombe paris baladeislande itineraire voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.